العبء الذهني على النساء

تحتاجين إلى التفكير في كل شيء طول الوقت؟ وحدك تتحملين إدارة الشؤون والتنظيم اليومي في المنزل؟ كثيرا ما يتحملن النساء بما يسمى بال«العبء الذهني» .

تم غسل الغزيل، تم التوقيع على دفتر ملاحظات الأطفال ،تم دفع الإيجار، وهناك حتى زجاجة عصير في الثلاجة في حالة زيارة غير متوقعة. فكرت في لمجة أو وجبة الأطفال ، وماذا ستعدين لعشاء الليل عند عودتك من العمل، ومراقبة واجبات الأطفال ،كل شيء جيد، أو تقريبا … المكوة، كنت قد تركتها على طاولة الكي وقد إحترق القماش . « كان عليك أن تتطلبي المساعدة « ، يقول زوجك.

إذا كنت إمرأة، وفي علاقة زوجية غيرية، من المرجح أن تكوني مألوفة مع هذا المشهد. القوائم، إن كانت على الورق أو في ذهنك، هي خبزك اليومي. حتى لو كان تقسيم العمل يبدو تقريبا عادلا في زواجك، لديك شعور مستمر بواجب الترتيبات اللازمة لضمان حسن سير الأمور في منزلك.

يعرف هذا الواقع باسم « العبء الذهني » و هو « عمل غير ملموس ، حتمي و ثابت في الإدارة والتنظيم والتخطيط ، يهدف إلى تلبية احتياجات كل منّا وتسيير شؤون المنزل ». و يتعلق هذا العبء أساسا بالنساء اللواتي، بالإضافة الى وظائفن، تضمنن تسيير شؤون المنزل.

هو تفكير يومي في أبسط الأمور في البيت إلى أكبرها ، يوّلد ضغطا نفسيا لدى النساء.

و نجد فكرة مهمة » التفكير » على لسان العديد من التونسينات في لغتنا اليومية، اللاتي كثيرا تشكين من مسألة « الدبارة » والتي تخص مهمة الطبخ وإختيار وجبة في اليوم. ولعل هذا المصطلح اليومي مشتق من فعل دبّر والذي يعني دَبَّرَ أُمُورَهُ : فَكَّرَ فِيهَا وَخَطَّطَ لَهَا .لتصبح عبء ذهني إظافي على النساء اللاتي يعملن.

تسقط  الهوموفوبيا ، يسقط طوطم الرجولة

 

بقلم : مها الجويني

يٌولد الذكر في مجتمعاتنا على وقع الزغاريد و تسابيح الحمد للرب العالمين من إجتبى أمه بذكر سيصبح رجلا في المستقبل يبني أسرة تتفاخر به أمه بين النساء و تربيه على مبادئ : إذا تلقى نقبة سدها و زين الراجل في سرواله و الي تبزقها مترجعلهاش . إلى آخره من مناهج تربوية تٌعلي من قيمة القضيب الذي يمثل أساس الذكورة و مدخل أولي للعالم الرجولة أو بالأحرى لإمتياز الرجولة .

و ما أدراك ماهي رجولة ؟ إنها أكثر مصطلح مقدس يٌرتل على شفاه أبناء هذا المجتمع .فالرجولة مراتب ومنازل شرفية ينالها كل ذكر إلتزم بوصايا أبيه التي جاء فيها : أن لا يثق في النساء و أن لا يبكي كما النساء و لا يلبس كما الاناث و لا يتزوج بإمراة غير عذراء و لا يسمح لأحد بلاعتداء على شرفه و كيف يمشي فاتحا صدره و كيف يجعل من صوته خشنا و كيف يأكل اللحم كثيرا لتشتد فحولته و بسالته أمام النساء.

وحسب هذه المقايس كان أخي أكثر الشباب الرجولة . بل صاحب حضوة ليس لأنه قد يعتدي على أحدهم وسط الحارة لأن مزاجه ذلك اليوم كان متعكرا بل لأنه  يضربني و يركلني و قد يجرني من شعري إذا رن هاتفي الجوال عند العاشرة مساء أو  إذا رأني أتحدث مع أحد الشباب أمام باب المعهد الثانوي . حالة التوتر والاضطراب النفسي التي كنت أحيا على وقعها حين كنت مراهقة جعلت منه مفخرة الأهل بل مرجعية ، ففي كل مناسبة عائلية إلا و ترى أخي محط أنظار الجميع  لأني قد أٌعنف  لفستان إعتبره هو خليع أو ربما لأني مٌنعت من الحضور تعدد أسباب العنف و لكن النتجية أنه مفخرة .

 و أمام إنكساري يبتسم العم و إبنه و يعلوا الفرح على وجه الخال ما بالكم ؟ أخي رجل و لتحيا الرجولة … 

و في نفس السياق ، يعمل الاعلام التونسي ما في وسعه للتقديس ثنائية الفحولة و الرجولة و محاربة من لا يشبهون الرجال أولئك المنبوذين من يحل إراقة دمائهم و نفيهم. هم من أصبحوا مادة دسمة لكل فكاهي يظهر على التلفزيون فيغير من مشيته و حديثه و يطبق شفتيه محركا أكتافه ليثير ضحك المشاهدين لأنه رأو : مثليا  أو يرحم عمي أو تشة أو قوم لوط أو خنثى أو قولوا ماشئتم فالمعجم اللغوي المسيء للمثليين عظيم في مجتمعنا و إني أحتاج لمجلدات من الورق للتطرق إليه.

رهاب المثلية الذي لا يغيب عن قناواتنا التلفزية كنت قد عاينته و أنا في سن السابعة يوم إتفق كبار الحي على التوجه لجارتنا  وإخبارها أنهم يرفضون زيارة صديقها « فلان » لبيتها .و  هذا الفلان  ليس إرهابيا أو مجرما أو أحد الذكوريين الذين يتحرشون ببنات الحي كلما مرت إحداهن وسط الشارع .

هذه الفلان هو شاب مثلي التوجه ،جميل المظهر و الحضور كان  يٌشبه نجمتي المفضلة شريهان . وكنت أحب رائحة عطره التي تغمرني لكما أقترب مني ليٌهديني الحلوى و ليمازحني كلما قبلت خده رغم منع أمي لي من التواصل معه لأنها كانت تلعنه مع بقية الجارات من يدرن بجوههن كلما دخل ذلك المثلي الحي  . و لأن مكانته لا تقل عن مكانة إبليس ، كانت أمي تواري بأنني أقترب منه بأن تقول : صغيرة و متفهمش .

كيف لعقلي الصغيرآن ذاك أن يفهم مقت الجميع  لشخص كنت أراه وسيما و جميلا و مسالما يبتسم للأطفال و يلقي التحية للجميع ولا يسبب الاذئ لأي أحد ؟  كيف لعقلي أن يفهم عبارة خٌنثى التي تعني قوم اللوط  على حد عبارة  جارنا المؤدب من كنا نحفظ أمامه القران و كان يخبرنا أن الله حين أكرم النبي داود زوجه بمئات من النساء و حين أكرم محمد منحه قوة أربعين ناقة فكان يجامع الاثني عشر زوجة في نفس الليلة ونفس رب العالمين من سيمنح العذروات للرجال في الجنة .

وفي إطار الفحولة المقدسة ، يجد المثلي نفسه محاطا بشتى أشكال العنف و الازدراء التي تصل في بعض الأحيان إلى الدعوات للقتل و للسحل و التصفية الجسدية التي ستبرر بتعلة : نحن نحافظ على نواميس المجتمع و عاداته .

فلتسقط نواميس الظلم

و لتسقط الهوموفوبيا و ليسقط طوطم الرجولة !

  

 

L’hystérie pour les nuls à chier

C’est un médecin grec, Hippocrate, qui a inventé le mot « hystérie », pour décrire une maladie déjà étudiée par les égyptiens. Le terme signifie en Grec les entrailles, la matrice ou l’utérus. Jusqu’à la fin de l’Antiquité classique, l’hystérie fut considérée comme une maladie organique, utérine. La théorie disait que l’utérus se déplaçait dans le corps entier ce qui entraîne les symptômes de l’hystérie. Platon disait que « la matrice est un animal qui désire ardemment engendrer des enfants ; lorsqu’elle reste longtemps stérile après l’époque de la puberté, elle a peine à se supporter, elle s’indigne, elle parcourt tout le corps, obstruant les issues de l’air, arrêtant la respiration, jetant le corps dans des dangers extrêmes, et occasionnant diverses maladies, jusqu’à ce que le désir et l’amour, réunissant l’homme et la femme, fassent naître un fruit et le cueillent comme sur un arbre ». Vous l’auriez deviné, le traitement, à l’époque, était le mariage pour les jeunes filles et le remariage pour les veuves.

Au Moyen Âge, pendant deux siècles, c’est le bal de la chasse aux sorcières. Les hystériques, bien sûr que des femmes, étaient considérées possédées par le diable et donc le seul traitement : l’Exorcisme. Les moins chanceuses étaient confondues avec ce qu’ils appelaient des sorcières. Durant cette période, le nombre d’hystériques qui montèrent au bûcher reste inconnu par l’histoire.  Oui, la médecine à l’époque pensait que l’hystérie était démoniaque.

Au tout début du dix-septième siècle, en 1618,  Charles Lepois, un médecin français, professeur et doyen de l’école de Médecine de l’Université de Pont-à-Mousson, a trouvé une localisation cérébrale de l’hystérie. Il a affirmé que la  théorie utérine est absurde puisque la maladie peut s’observer dans les deux sexes. Par ailleurs, en 1653, le traité de médecine de Pieter van Foreest recommandait quant à lui des massages des organes génitaux, qui par l’atteinte du «paroxysme de l’excitation» devaient guérir la malade. A cette époque aussi, on conseillait aux femmes de faire du cheval ou de la balançoire… C’est l’arrivée de l’électricité au dix-neuvième siècle qui nous a sauvé des massages avec l’invention du vibromasseur. (Si vous pensez que les femmes sont hystériques, achetez des vibromasseurs).

Et puis, ça ne s’est pas arrêté. Plus de 200 ans après, tu as Paul Briquet, un médecin français qui définit la maladie comme une « névrose de l’encéphale », qui  dénombra un cas d’hystérie masculine pour 20 cas d’hystérie féminine, qui prétend que cette affection était absente chez les religieuses et fréquentes chez les prostituées, que 25% des filles d’hystériques le devenaient elles-mêmes et que l’affection touchait les couches sociales inférieures et était plus fréquente à la campagne qu’en ville. Puis en 1886, tu as Moriz Benedikt, neurologue autrichien, qui pense que les traumatismes et la sexualité infantile peuvent être les sources de l’hystérie. Dès 1889, il utilise une psychothérapie sans hypnose pour conscientiser des souvenirs ou traumas enfouis.

Puis tu as, enfin, Charcot, neurologue français, tout en conservant l’idée d’une localisation cérébrale, promut l’idée d’une origine psychogène de l’affection en faisant apparaître et disparaître les symptômes par hypnose.  Puis, en 1888, tu as Paul Julius Möbius, neurologue allemand, qui annonce que « Sont hystériques toutes les manifestations pathologiques causées par des représentations ». Mais il fallait qu’en 1893 Freud mette son nez. Avec Breuer, ils publient leurs études où ils analysent la causalité psychotraumatique et le traitement par hypnose qui consiste à réveiller les souvenirs traumatiques enfouis, à l’origine de troubles, générant une décharge émotionnelle libératrice. Freud pense bien sûr que le traumatisme à l’origine de l’hystérie est sexuel mais Breuer n’est pas d’accord. Et puis la liste est longue.

En 1952, l’hystérie disparaît des livres de médecines. Elle laisse place à la tétanie, la spasmophilie, l’anorexie, les crises de larmes ou de nerfs… et j’en passe.  Ça n’a donc rien changé. Quand une femme est trop triste, pas heureuse, perdue, se sent seule ou a envie de rester seule, c’est toujours associé à la dépression ou à l’anxiété. Si une femme craque, s’indigne et se rebelle contre l’oppression, c’est surement de l’hystérie. Ce n’est jamais considéré comme des réactions normales aux aléas de la vie.

Aujourd’hui, on invente, encore, des maladies. Les industries pharmaceutiques ont besoin de vendre, alors ils engagent des publicitaires qui feront des médicaments de merdes des comprimées et des pilules magiques pour les ménagères débordées, les célibataires déprimées, les règles douloureuses, les maternités alliées à l’insomnie et les ménopausées irritantes.

Alors, oui les femmes sont deux fois plus souvent diagnostiquées dépressives que les hommes. Je pense que tout comme les femmes, les hommes souffrent d’une conception sociale qui les façonne. Dès leur plus jeune âge, ils savent qu’ils n’ont pas le droit de pleureur. La société impose aux hommes d’être ce dur, solitaire, viril… Ce qui valorise le contrôle émotionnel. Mais ça ne veut pas dire que s’ils ne montrent pas leurs tristesses c’est qu’ils ne le sont pas. C’est qu’une femme est plus encline à consulter un médecin qu’un homme.

Pour finir, je reviens sur le fait que les femmes sont deux fois plus souvent dépressives que les hommes et ce n’est pas qu’une question d’hormones. Selon Xavier Briffault, chercheur en sociologie et épidémiologie de la santé mentale, tout le monde et à tout âge peut être concerné par un épisode dépressif. Mais les femmes sont plus exposées, comme la dépression est liée à certains facteurs de risques : milieu familiale instable, agression sexuelle, violence physique ou morale, difficultés d’accès aux études, chômage, précarité professionnelle, dépendance financière… Plus souvent, encore à cause de l’inégalité homme-femme, les femmes sont plus exposées que les hommes à ces risques. D’où, elles seront 23 % à vivre un épisode dépressif majeur au cours de leur vie, contre 12 % des hommes.

Alors si quelqu’un me dit encore que je suis hystérique parce que selon lui je suis trop émotive, il a des choix :

  • M’exorciser
  • Me brûler vif sur un bûcher
  • Me faire un massage clitoridien
  • M’offrir un cheval ou une balançoire
  • Me castrer
  • M’acheter un vibromasseur
  • Ou la plus facile de tous, mener cette bataille ensemble, contre ce système de valeurs que nous imposent l’argents, le pouvoir par l’oppression, l’injustice, et l’inégalité.

 

3625_main

Tow Girls

A kiss, a hug, her phone is ringing, no! Come here, stay with me don’t pick up.. Let me see
“- Hello mom
– Where are you?
– In the coffee shop
– Ok, when you come home, we need to talk!”

A silence, a sigh, confusion.. They left the house, their little heaven, hand in hand. Two girls walking a long road no different from any others, walking unnoticed but by catcallers invading the streets of Tunis, walking together, their eyes filled with fear and love, fear from the eyes of the people who will go medieval on them if they were to be found out.

Of course, people like them are like Cholera in the society, “a storm shaking God’s throne”! As if it was so steady under the storm of the people’s hypocrisy, lies and hate for each other, as if “God’s throne” was just waiting for two girls to love each other to shake!

A lot of fear, but in the middle of it all, they were holding hands with a lot of strength and love for each other, with a lot of perseverance and patience in front of the cruel words and the social hypocrisy.

They arrived to her house. Come here! Do not be afraid I am with you; I will be here no matter what! You showed me how to love and see the beauty of life. You are my little daughter and my big love, I will not leave you no matter what they do to us, we will always be together and no one will tear us apart. Call me when you are done.

“Click”, the door opens…

“- Oh you’re finally here! It’s not too late!
– What’s the matter? You said we need to talk..
– Come here, who is this bitch? What are these love messages? “I love you”! “My wife”!
Is this how I raised you? What happened to you? What’s wrong with you? Loving a woman like you! God forbid! Are you sick? My girl, if something is wrong with you please tell me.. I’ll take you to a shrink. Please, my girl, we’ll do whatever it takes to help you take these things out of your mind. Didn’t you think of us? Didn’t you think of what people may think of us? Did you forget you’re living in Tunisia? You love a woman! What’s the difference between you and whores? I got sick to my stomach reading your facebook messages. How are you living? Who’s of you is the woman and who’s the man? Didn’t you think of the future? Don’t you want to have a family and children like normal people? Who would want to marry you when you’re like this? Do you think your degree will intercede for you? Is this what you learned in the university? What you’re doing is illegal for God’s sake! I will not tell you that it is a sin because, it appears that you don’t know God anymore…
Who is she? Where did you find her? where did she come from? That trashy girl will drag you to hell! (Tears)
– Please mom, I have to stop you there! Don’t say another bad word about her! That woman opened my eyes to the world, to the beauty of life. I love her, I love her cents and every bit of her, I love her loughs, her looks, her small details and even her mood swings. That woman who will drag me to hell, she “dragged” me to a distant and beautiful world, a heaven. She brought the joy of life back to me. I love her like a woman loves a woman. She makes happy, with her I feel alive. No man on this planet is capable of making feel the same.
I know you won’t understand my feelings, you didn’t know love, even with dad. But know that I will not let go of her no matter what and together we will stand to the whole world (a slap.. a tear.. a silence).”

She took her handbag and slammed the door.

“Hello, she knows, she knows everything. I don’t know what to do..
– Don’t be afraid, you are not alone, I am with you. Go to our usual spot, I’ll meet you there.
– I love you
– I adore you”

Written by: Climensia S
Translated from tunisian dialect by: Ghada ( A Female Existence)

زوز نساء

بوسة..تعنيقة..يضرب التالفيون..لا ايجا هوني..ابقا عندي..ماتهزش..بوسة..تعنيقة..لا خنشوف..أمي..ألو..وينيك..في قهوة..باهي كي تروح عنا ما نحكيو…

سكات..تنهيدة..و حيرة.. خرجو من الدار..من جنّتهم الصغيرة..اليد في اليد..هوما زوز بنات ماشين في طريق طويلة..كيفهم كيفما الاف البنات..اللي يبداو ماشين في الثنية..وحدّ مايرّكز vraiment معاهم..à part البزناسة bien sûrاللي غاصت بيهم شوارع تونس.. ماشين مع بعضهم..في عينيهم برشا خوف و محبة..خوف من غزرة الناس..اللي كان تعرف بحقيقتهم..عادي » تقطّع أيديهم و أرجلهم من خلاف » .. اه امالا..هوما و اللي كيفهم كوليرا عالمجتمع و عاصفة  » تزعزع عرش الرحمان »..كاينو عرش الرحمان ما تحرّكش من نفاقهم و كذبهم و كرههم لبعضهم و يسنى في زوز نساء يحبو بعضهم باش يتزعزع.. برشا خوف..اما في شدّة ايديهم برشا قوة و عشقة كبيرة..برشا جاش و صبر عالكلمة الدونية متع ناس عايشة في بحبوحة من النفاق الاجتماعي..

وصلو قدّام دارها..ايجا هوني..ماتخافش انا معاك..و مهما يصير ما نخليكش..انتي خليتني نعرف اللي الدنيا مزيانة و تتحب..انتي بنتي الصغيرة و عشقتي الكبيرة..مانسيبكش..مهما يعملولنا و يعملو فينا..ديما مع بعضنا..وحد مايفرّقنا..كلّمني كي تكمّل..

تك..دورة مفتاح..

حمدلله عليك للة..تو مروّحة..غزرة..شفما قتلي عنّا ما نحكيو..اي ايجا هوني شكوني هاذي ***** ..شنوة هالكلام و هالغرام و هالنحبّك و تحبّني و مرتي و عينيا..هاذي تربيتي فيك..شبيك اش صارلك باش تحب مرا كيفك كيفها..اعوذ بالله منهم في زوز..ياخي مريضة قلي كان بيك حاجة عيش بنتي نهزك لpsy..قلي عيش بنتي نعملو اللازم الكل باش تنحي هالحاجات من مخك..ماخممتش فينا..ماخممتش في الناس اش باش تقول علينا..ناسية اللي انتي عايشة في تونس..اش قالك و اش قال عليك ****عاشقة في مرا..اش تفرق عالقحبة انتي وياها..j’ai eu des nausées و انا نقرا في vos conversations sur facebook كيفاش عايشين شكون فيكم المرا و شكون فيكم الزاجل ..ماتخممش في نهار غدوة..ماتحبش تعمل دار و صغار كي خلق ربي..شكون باش يغزرلك و انتي هكا..فيبالك قرايتك و شهايدك باش يشفعولك..ياخي شبيك تبدّلت..اخزرلي كي نحكي معاك..من قلّة الرجال في هالبلاد..هاذي اش علمتك قرايتك في الجامعة..تي ستر ربي تعرف اللي تعمل فيه ممنوع ..مانيش باش نقلك حرام خاتر يظهر فيك ماعاش تعرفو انتي ربّي.. و شكوني هاذي هي منين عرفتها منين خرجتلك ؟؟ وحدة ماتتهزش بمقص النار تلعب بيك و باش تهزك للهاوية.. Eih 

من فضلك امي..حتى لهوني و يزي..مانسمحلكش تقول فيها حتى كلمة اخرى..هاذيكا المرا اللي حلّتلي عيني عالدنيا..خلاتني نشوفها بالالوان..نعشقها و نعشق كل ريحة من روايحها و كل تركينة من تراكنها..كيف ما نعشقها هي بكل ضحكاتها و غزراتها و تفاصيلها الصغيرة و حتى ses crises d’humeur.. اللي باش تهزني للهاوية هزتني لدنيا بعيدة مزيانة جنّة على حالها..رجعتلي النفحة و الكيف باش نعيش..نحبّها كيما مرا تحب مرا..اللي قلت عليها قحبة خلاّتني نكون فرحانة و en vie.. حاجة اللي حتى راجل في هالدنيا ما قدر يعملهالي..نعرفك ماكش باش تفهمني ولا تحس بيّا..après tout انتي حتى عرسك مع بابا مانضنش مبني عالحب..اما اعرف اللي انا المرا هاذي مانيش مسلمة فيها مهما يصير..و مع بعضنا ناقفو قدام الدنيا و اللي فيها… كف..دمعة..سكات..هزّت ساكها..طربيقة باب…

ألو..وي فاقت بكل شيء..مانيش عارفة شنعمل..ماتخافش ماكش وحدك..انا معاك..برا لقهوتنا متع العادة..هاني جيتك.. باهي نحبّك..و أنا نعشقك…

Climensia.S

لنمطر حماسا

لا يمكن لامّة أبدا أن تُصلح شأنها و أمّهاتها ناقصات عقل و دين نقص العقل معناه ، في أدنى الحالات ، الغباء و البلاهة [ في تربية الاطفال ] و في أقصاها السكيزوفرانيا و نقص الدّين يذهب بين التّعاويذ و التخاريف و بين  » التّدعّش » ، كمفهوم  جديد يلخّص واقعا قديما ، جديدا لا يمكن فرضا أن يكون دين أمّي على دين أبي و لا دين النّساء هو دين الرّجال ولا ايمانهنّ كايمانهم و لا اسلامهنّ هو اسلامهم
لا يمكن منطقيّا، للمرأة – الانسان – أن تمارس فروضها وهي في عمق قناعتها تصدّق أنّها نصفٌ وأنّها عورة …. و أن تقبل راضية مرضية أن يضربوها [ برفق ] و يتزوّجوا عنها ثلاثا ويطلّقوها بالثّلاث … وأن يتزوّجوها متى شاؤوا و كما شاء لهم لا سبيل لها للخلط بين القناعة والعدل ، وهي ترث الفتات
الارث ليس مال الوالدين فحسب …. الارث يشمل التّراث و الدّين و الحضارة و الثّقافة وما به تصنع الاجيال
الامّ هي نبع الحياة و هي الّتي تعطيها و تحفظها .. هي الدّيمومة ، و الوصال مع البقاء، وهي الوصل مع الغيب و السّكينة في الصّراع مع الموت هي الثّابت في التّحوّل و الطُّمأنينة للاجيال 
في كلّ أزمات الانسان ، تصطفّ بحزم وهوادة في جانب الحياة هنّ وحدهنّ يدرين ما يزيدهنّ و ما ينقصهنّ الرّجل [ في هذه الرّبوع ] في ورطة من قبل أن يولد مطعون في كرامته منذ البدء .. فمن كانت أمّه بصفات النّقص والعور ، ومن عليه أن يخفي أمّه و يحجبها و يحبسها و يشيّأها [ أي يعاملها كشيء لا كانسان ] فهو كالجذع المقطوع من شجرة لا يمكن أن يكون سيّد أمره و لا ندّا في مقاومة العدوّ والمستعمر الفكر الدّاعشي ساكن في أغوار الفكر الاسلامي من قديم الزّمان ، وهو يتزايد أو ينقص ، ينام أو يصحو حسب الاحقاب والازمات
الآن يبدو أنّ الكلّ ملّ هذه الحياة وبدأ يهشّمها و يكسّرها كما يكسّر لعبة ملّها فلا سبيل لبناء علاقة سليمة مع الواقع وهو منذ البدء في انفصام معه…. فتلك الّتي علّمته الحياة، بكمالها و جمالها، ليست تلك الّتي يتمثّلها في الخطاب . تلك الّتي تتدبّر.. وتصبر – تلك الّتي حمته من الظّلم والخوف ، فرض عليها ان تطيع وان تخمد الواقع هو ذاكرة ، ذاكرة الامّ الخارقة و كلّ ما ياتي بعد ذلك يشبه الغيبوبة في عالم مجرد عالم اليتم، واليتيم ينتظر قدوم الوحي او الرّسالة عالم يكون فيه القتل و الذّبح و التنكيل كلعبة في
عالم افتراضيّ و الحياة المجرّدة ، الخالية من الانثى ، الخالية من الحبّ ، الخالية من الحرّية و الّتي ملؤها الصّمت
الصمت الّذي يبدأ قبل الولادة و لا ينتهي مع الموت
و الصّمت يقول .. أين أمّي في الجنان .. أين مكانها في العدن .. لا أرى أمّي الحور ، من أين جاءت هاته الحور لا أعرفهنّ، حبيبتي ليست بينهنّ أو لم تكن لي حبيبة في الصّمت
أختي .. أين أختي …. أين ذهبت بعد الموت .. كم أنكرت أختي
الصّمت يقول : كلّما نسيت اسمي و أخجلتني أمّي ، كلّما قارعت يتمي و انزلع جرحي ، أبدّد جسدي في الخوف وأحتلّ جسد أنثى يقيني من الموت
الآن وقد أتممنا انحطاطنا بالتّمام الآن وقد أكملنا تدهورنا بالكمال .. والمثُل تعرّت .. والشّرف الكبير العزيز تهاوى وبدا الفراغ صريحا
 
الآن وجب الاصلاح والبناء العصيب الحقيقة انّ الاستعداد للتّغيير لدى الجموع الغفيرة ، و خاصّة منهم  » المثقّفون والمفكّرون  » الحقيقة ! انّ تسرّب الوعي للبواطن ، مازال بعيدا…. بعيدا لكنّ التّراكم حاصل ، و امكانات التّغيير مجتمعة …. لمن يرغب حقّا في تثوير الفكر العربي الاسلامي. لا شيء يعترض ، سوى الرّغبة وارادة الاسهام في تطوير هذه المجتمعات القروسطية 
 و ما عاد ينفع البكاء، بل بالعكس ، ففي هذه الخلبصة و التّداعي دوافع غنيّة لتطوير الفكر و تفعيل العقل
حقّا .. بامكاننا أن نغتبط لو نظرنا الى كلّ هذا المجال الشّاسع المفتوح أمامنا وهو الْهِبة الوحيدة الّتي أتى بها الرّبيع
حقّا ، كان بامكاننا ان نفرح بممارسة هذا الشّكل من الحرّية .. ولكنّنا، لا ماضي لنا مع الافراح و لا تجربة لنا في المتعة العلنيّة والاعتزاز الجماعي بقدراتنا 
كلّ ما نعرف جيّدا هو التّمرّس على الاحباط كلّنا ، يرى الانهيار ، يرى التّداعي و السّقوط …. يرى الجراح و الآلام التي يخلّفها
     ولا يرى ما ينتج على ذلك من كنوز الابداع  لِمِلْىء الفراغ بالتّفكير الواعي و المدّ الجديد الجديد الجديد
كفانا بكاءا و لْنمطر حماسا
ليلى الزعايبي

Ex Victime de VIOLENCE depuis 150 jours

Violences Conjugales : Les femmes paient le plus lourd tribut

20140429-0004

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un document édifiant, son rapport sur la violence faites aux femmes dans le monde.

1 FEMME SUR 3 DANS LE MONDE VICTIME DE VIOLENCES CONJUGALES.

30 % des femmes du monde sont victimes de violences conjugales de la part de leur partenaire. La « forme la plus courante » d’agression à notre encontre.

Parmi les femmes agressées par un partenaire intime, 37,7 % vivent en Asie du sud-est, 37 % en Méditerranée orientale et 36,6 % en Afrique.

Mais bien évidemment, ces chiffres varient si on combine les données sur la violence du partenaire et celles sur la violence sexuelle exercée par d’autres que le partenaire. Dans ce cas, c’est notre Afrique qui est en tête avec 45,6 % des femmes, suivie par l’Asie du sud-est (40,2 %), l’Amérique (36,1 %), puis les habitantes de pays à revenu élevé (32,7 %), les femmes du Pacifique occidental (27,9 %) et les Européennes (27,2 %).

A l’échelle mondiale, 38 % des femmes assassinées ont succombé à la violence de leur partenaire intime.

La consommation d’alcool concerne 2 fois plus de femmes violentées que les autres. Pour les femmes victimes de violence, la probabilité de donner naissance à un nourrisson en insuffisance pondérale, est 16 % plus élevée.

Si on se dit, à un moment, que la violence à l’encontre des femmes n’est qu’une simple agression, qu’elle soit conjugales ou pas, a de graves conséquences sur la santé et le bien-être de sa victime, parce qu’en plus des blessures physiques, ça génère la dépression, l’alimente et la développe, ça te fait oublier la possibilité de dormir, ça rend malade et on appelle ça « stress post-traumatiques ». Puis quand on est une femme victime de violence, en n’a plus aucune estime, ni de confiance en soi, parce qu’on a l’impression de ne pas être des victimes, qu’on nie la violence à notre encontre arrivant même à la prétexter. Quand on est une victime de violence, on a honte et on se sent coupable. Quand on est une femme battue, on se maquille pour les mauvaises raisons et on saigne pour aucunes raisons. Etre une victime de violence peut pousser à l’autodestruction, des abus d’alcool, de drogues, notamment à des suicides.

Je ne sais pas pourquoi j’en parle, mais voilà, je le fais. Parce que je sais que quand on est battue, et qu’on le reste, souvent, le plus difficile est de surmonter le regard rempli de pitié et de rage des autres qui en savent trop. Mais encore, c’est parce que quand on est battue, et qu’on l’explique, souvent, le plus difficile est de nier qu’au fond de nous, on n’y croit pas. Et puis il y a les moments où on se dit des conneries du genre « il pense le faire par amour », « il ne va pas bien ces jours », « bon je l’ai un peu poussé », « bah oui mais tu sais, moi aussi je l’ai frappé », et j’en passe. Là, le plus difficile c’est de se regarder dans le miroir sans vouloir se péter les veines, là maintenant, ta de suite. Ou quand on se maquille, et qu’on se fait croire que les gens n’y verront que de la poussière. Ah sinon on croit parfois qu’on peu aider l’autre, arrivant à lui cacher même, le fait de le mépriser.

Quand on est battue, tout court, il faut au moins le dénoncer et ne pas compatir. Parce que, additionnellement, quand on est victime de violence, et qu’on ne dénonce pas, on est les premiers malades psychologiques à soigner. Ici, dans la violence qui n’est pas dénoncée, les deux parties sont complices dans le crime, le violent comme le violenté. En restant, quand on est battue, on l’autre l’autre à sombrer et nous violenter d’avantage, surement, sans que nous ne le voulions, l’un commel’autre.

Je suis une ex-femme battue. Personne ne m’a violenté depuis 150 jours. Depuis je me sens mieux. Je décide pour moi. Je me fais belle. J’apprécie qu’on me regarde, ça me donne de la satisfaction, pas mal pour la santé mentale de temps en temps. Je travaille et je deviens de plus en plus responsable et équilibrée. J’ai fréquenté de nouvelles personnes intéressante. Je suis devenue mi-comédienne, mi-journaliste. Deux choses que je voulais frôler dans ma frigide vie. Je suis maintenant plus concentrée sur les atrocités du monde que des petits détails, comme mon sort, que j’aurai passé des nuits à pleurer. Je suis de plus en plus, moi. J’avance à pas ferme, toujours peu précis, mais ça viendra. Je ne dissimule plus autant mes envies, mes réflexions aussi stupides qu’elles puissent être. Je suis plus joviale, moins boudeuse et nerveuse. J’ai aimé aussi un peu les conflits, mais ça ne me manque vraiment pas. J’ai retrouvé mes vrais amis et ils me gavent d’amour. Aujourd’hui mes violenteurs ne me manquent plus. Je leurs suis, carrément, indifférente. C’est un pur bonheur dont je rêvais étant encore battue.

Le CAS « Andi Mé Nkolek » ou le discours antiféministe sur la violence conjugale

Personne n’a été indifférent devant le succès effrayant de l’émission «  Andi Mé Nkolek »* adaptation tunisienne de l’émission française Il n’y que la vérité qui compte , où l il n’ y a que le show qui compte finalement . Personnellement, j’ai visualisé la majorité des émissions de ces dernières années, au moment où j’ai pris conscience du discours masculiniste véhiculé sur la question des violences conjugales subies par les                   «témoignantes ».Dans la plupart des épisodes où on a vu des témoignages de femmes, le plateau s’est vite transformé en procès pour violence conjugale. La violence maritale ou domestique est devenue le sujet répétitif de l’émission malgré les méthodes d’échantillonnage. Comme spectatrice, le traitement par l’émission de la question des violences en général et de la violence conjugale en partie s’est heurté à ma propre vision féministe de la question.  On est carrément devant une ignorance totale des violences conjugales, et surtout devant un discours antiféministe sur les violences faites aux femmes.

L’animateur – dont je ne citerai point le nom dans cet article – dans une tentative d’anoblir le concept, n’a cessé de marteler qu’il s’agit d’une « émission sociale, qui reflète la réalité des choses.» A vrai dire, l’émission télévisée joue sur le mélange des genres : talk-show, reportage, investigation, et se donne ainsi une certaine crédibilité auprès d’un public peu averti. Paradoxalement, l’animateur affirme aussi qu’il s’agit d’un format de télé – réalité. Mais ce qu’on oublie souvent, c’est qu’il y a une très grande part de construction, de préparation en amont, donc d’artificiel, qui laisse penser qu’on est loin de la réalité telle qu’elle est. Ces émissions « qui placent des personnes anonymes dans des situations artificielles créées pour l’émission dans le but d’observer la réaction des participants pour susciter l’émotion « participative » du téléspectateur, encouragée par une forte tension dramatique et émotionnelle. »** impliquent le voyeurisme des téléspectateurs pour répondre à des motivations purement marchandes.

La dépolitisation de la violence conjugale

Il m’était remarquable que la plupart des femmes qui ont témoigné sur leurs problèmes de couples évoque surtout d’autres problèmes que celui de la violence conjugale. Chose tout à fait logique, puisque pour elles, la violence n’est pas LE problème, c’est le vécu quotidien sur lequel viennent se greffer d’autres problèmes. A aucun moment, l’animateur n’a essayé de problématiser la question.  La question de la violence demeure représentée non pas comme un problème à part entière / central au sein du couple, mais comme un problème secondaire.

Si l’ampleur du problème de la violence conjugale est bien visible dans l’émission, sa nature reste toutefois dénaturée. Elle est présentée comme relevant du privé, des affaires familiales et personnelles, directement liée à des milieux sociaux et familiaux qu’on nous présente comme étant « pathologiques ».  Les histoires racontées nous renvoient aux dysfonctionnements psychologiques, socio-culturels ou moraux des couples. Les justifications de la violence (directes ou insinuées) durant l’interview de l’animateur, appuient l’idée d’une coresponsabilité de la violence conjugale au sein du couple.  Les fausses raisons de la violence comme l’alcoolisme ou le chômage trouvent aussi leurs comptes.

Les récits des violences sont ainsi appréhendés par un cadrage individualisant un problème à l’origine social et collectif et qui s’inscrit profondément dans les inégalités entre les hommes et les femmes.  Dans un pays, où la violence conjugale est la première cause de décès des femmes âgées entre 16 et 44 ans; l’émission, en véhiculant un tel discours antiféministe et masculiniste (volontaire ou pas d’ailleurs) vient en rajouter une couche.

Du conservatisme paternaliste au nom du soi-disant sociétal

Face aux témoignages des violences vécues par les invitées, et le désir de réconciliation des partenaires agresseurs, l’animateur essaye à maintes reprises, de réconcilier les victimes avec leurs conjoints violents, allant jusqu’à insister, sans jamais prendre conscience, dans la plupart des cas, de la gravité de la question.   Arguant l’argument de l’unité familiale et du « bien des enfants », il n’a cessé, au nom du pater familias , d’essayer de recoller les morceaux, au détriment de la détresse de ces femmes. La sacralité de la famille traditionnelle, protégée par le père, quitte à être un père violent, prime sur les droits et la dignité de ces femmes violentées. Mais les tentatives d’orienter le « show » vers un happy end, se heurtent souvent au refus des femmes de « pardonner » à leurs conjoints, parce qu’ elles savent sans doute  mieux que l’animateur mansplainer  qu’elles se sont  trouvées  dans un cercle de violence sans issue et qu’il fallait s’en sortir .

L’émission qui se veut sociale, non seulement a dépolitisé un problème pourtant très politisable, mais est passée à côté de sa vocation sociale : A aucun moment, les victimes que ce soit de violence conjugale, viol ou inceste, n’ont été orientées vers des institutions capables de les prendre en charge, aucuns numéros de centre d’écoute et d’orientation n’ont été affichées sur l’écran, aucun suivi des participantes non plus.

La banalisation  

Au-delà de cette dépolitisation et son traitement en tant que « faits » particuliers, la banalisation de la violence conjugale atteint son paroxysme de par la légèreté du ton avec laquelle la question a été traitée, d’abord, et par une survisibilisation médiatique ensuite.

Dans un contexte de post-dictature, où on a assisté à une soif de tout dire, tout montrer à la télévision (avant la création d’une instance de régulation la HAICA et même après), on est passé directement du déni des violences envers les femmes à la banalisation de celles –ci. Mais peut-on tout dire ? Trop dire ? Et de quelconque manière ?

Les coups, les gifles, les lancers d’objets des/par les conjoints violents deviennent des motifs comiques. Par ailleurs, les parodies de l’émission n’ont fait qu’accentuer ce trait comique et porter la banalisation à son summum. L’animateur, faisant mine de condamner la violence, arrive tout de même à s’en amuser, impliquant avec lui un public très réactif aux rires et aux applaudissements. Il assure ainsi le spectacle.  Dans son livre Le rire historique, Sabina Loriga, en traitant de la question juive, affirme que « l’humour permet de passer constamment d’une position à l’autre, créant la confusion. » Parler de sujet grave à la télé, avec humour, c’est un peu comme faire « un pas en avant, deux pas en arrière », c’est banaliser une problématique grave.

Ce cadrage télévisuel de la réalité des violences au sein des familles, présent dans les émissions de talk-show tunisiennes, tend  à survisibiliser  les cas des violences conjugales  . Mais les chiffres exacts sont de 47 pour cent de femmes victimes de violence exercée par un partenaire masculin (on estime que le chiffre est plus élevé).

La sélection des participants se base probablement sur une méthode d’échantillonnage mais il y a une volonté apparente de mettre en avant les drames familiaux, si on compare l’émission à l’émission française originale Il n’y que la vérité qui compte, pays où la violence domestique est tout aussi alarmante, ou bien à une émission du même concept comme Jek El Marssoul  . A vrai dire, ces issues familiaux renvoient les spectateurs à leurs propres vies privées (identification). Moyennant «  lynchage de linge sale » des familles (voyeurisme) , elles garantissent  le « show » qui plus devient chaud plus devient vendeur .

Cette situation a mené à une survisibilisation et une généralisation des violences conjugales dans les émissions des talk-show, qui , faute de conscientiser les spectateurs, banalisent chez eux la question. Visibiliser les violences conjugales sans trop les visibiliser : « un dilemme » que les féministes rencontrent pour faire face au déni autour des violences sexuelles :

« Faire état des violences sexuelles comme d’un fait généralisé, [ …]nous place cependant devant un dilemme. ]C’est précisément lorsqu’il nous faut reconnaître la généralisation du viol que nous risquons d’en banaliser la violence, voire la nier. […] après tout si « tant de femmes que ça » sont violées de par le monde, est-ce que par hasard ça ne ferait pas partie de la vie comme elle va, ou de la nature des choses ? Est-ce donc si grave que cela ? »***

Le même cadrage cache une forme de racialisation ou de « classicisation » si je puis dire, du problème des violences subies par les femmes. En effet, la plupart des numéros se concentre sur des femmes et des hommes issu(e) s de classes défavorisées. Le plateau télévisé se transforme en une sorte d’arène des « classes populaires »   présentées comme illettrées, débiles et dangereuses.

La question qui se pose ici, est, la violence conjugale est -t-elle un problème de classe ? Est-elle liée à la pauvreté ? Les statistiques montre que les violences conjugale, sont présentes dans tous les milieux sociaux, et qu’elles sont indépendantes des facteurs sociaux.  Néanmoins, la précarité aggrave les violences conjugales.

De quoi faire enrager les féministes (et pas que) pour qui la violence à l’encontre des femmes n’est autre qu’une violence structurelle, qui tire son origine d’un patriarcat intériorisé dans la société depuis des siècles. L’ATFD , n’a pas tardé  à ce sujet  , à rédiger un rapport sur Le traitement médiatique des violences sexistes , et à pointer du doigt  ce genre d’émissions  dont le traitement reste marqué : «d ’ignorance de la problématique de la violence sexiste et un spectacle déplorable de la maltraitance des femmes victimes de violences sexistes en direct. »****

Yosra.

Notes :

*L’émission a annoncé son arrêt, mais la rediffusion continue encore

** Monique Dagnaud, “Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la télé-réalité.

*** Patrizia Romito, Un silence de morte

**** ATFD, Réflexions sur le traitement médiatique et les pratiques journalistiques des violences faites aux femmes

Cet été , elles ont fait les beaux jours du sport tunisien

Ces sportives dont on parle peu

Sarra-Besbes[1]

Sarra Besbes : Médaille de bronze à l’épée au Mondial d’escrime le 15 juillet 2015 à Moscou .

habiba-ghribi-nouveau-record-tunisie-730x430[1]

Habiba Ghribi : Meilleure performance mondiale pour  au 3000m steeple au Meeting de Monaco du 17 juillet 2015 et médaille d’argent du 3000 m steeple au Championnat du monde d’athlétisme de Pékin du mois d’août .

Sarra-Lajnef1[1]

Sarra Lajnef  : Médaille d’or au championnat du monde de Natation ( 200 mètres 4 nages) de Kazan, en Russie, (et 3 autres en argent) le 13 août 2015 .


o-MOUNA-CHEBBAH-facebook[1]

Mouna Chebbah : Élue  meilleure joueuse de la saison 2014/2015 par La Ligue Féminine de Handball en France , élue aussi meilleure sportive arabe en 2014.

Garçon et Fille

Malentendante de naissance, voici quelques bribes de phrases ou de conversations restituées qui m’ont marquée.   

« Maman, je veux jouer avec le camion
Non chérie le camion est fait pour les garçons. »

« Pourquoi il porte un short ? Je veux porter un short moi
Les robes sont faites pour les filles et les shorts ce sont pour les garçons. »
« Maman ! Mon corps est tout plat mais Ahmed a un truc qui sort des jambes
Tu n’as pas honte !! Ne parle plus de ce sujet. »
« Je veux Barbie, je veux Barbie !!
Tout de suite, je vais te l’acheter. »

« Je suis content que tes souliers roses te plaisent.
Oui, Aicha a les mêmes souliers que moi. »

« Chérie, va regarder la télé, tu dois rester ici.
Mais je veux jouer avec Ahmed dehors. »

« Apporte- moi une verre d’eau
Toute de suite Papa ! »

« Oh la la !! Tu as fouillé dans mes affaires. Tu as ruiné mes maquillages
Comment tu me trouves maman ? »

« Papa, Je veux faire la dance comme études
Non la dance est faite pour les putes.
Qui sont les putes ?
Les femmes de mauvaises fréquentations
Et les hommes sont-ils des putes ?
Arrête de poser des questions débiles !! »
« Il m’a violée.
Oh ma chérie, c’est dur ça, je suis vraiment désolée, comment il a osé ça ! Il parait gentil
Je ne sais quoi faire je ne sais que dire a mes parents tout est fini
Tiens, je connais un moyen pour restituer ta virginité. »

« Est-ce que tu veux vraiment te marier avec lui
Je n’ai rien à faire tout le monde le fait
Mais tu es brillante tu es intelligente, tu as toute la vie devant toi
Je ne veux pas le perdre et rester célibataire, toutes les filles dans ma cité sont mariées. »

« Alors tu es vierge ?
Ça veut dire quoi vierge ?
Tu n’as pas eu des rapports sexuels avec un mec auparavant ?
Mais non ! Je suis pieuse, je porte le voile, je n’oserai jamais faire cela
Dieu merci !…J’en étais Sûr. »

« Il m’a battue.
Rentre chez toi chérie, on ne veut pas que les voisins sachent cela
Mais il va me battre encore
C’est la vie ma chère, il ne fallait pas l’énerver, patiente toi. »

« Maman , je veux jouer avec le camion .
Non chérie le camion est fait pour les garçons. »

Mona Belhouane