Le taximan et le décolleté

Lui, n’était pas le prince charmant, ni pas charmant, ni charmant du tout d’ailleurs. Et puis que signifie charmant ? Un mot qu’il na jamais lu de toute sa vie…

Il se réveilla le matin avec une petite gueule de bois que les ablutions auront vite fait partir, s’en alla se recueillir tout en prière : pardon seigneur, j’ai pêché, mais comme tu sais, je suis un homme… et taximan pardessus le marché… et hop, attaquons la journée…

Un coup de gel, de parfum qui empeste la rose pourrie, un bisous sur le front de la « vieille » un autre sur celui du « vieux »… tout est bon pour attaquer la journée en homme de bien. Dans le taxi, avant de se diriger vers la grande route, il fit un détour par le quartier Passant devant la parfumerie, il baissa la vitre pour faire un clin d’oeil halal à la propriétaire, sa tendre bien aimée.

Zinouba, toute belle toute voilée, comme le seigneur l’a exigé, (quelque part, il ne sait plus où, mais le cheikh l’a dit) et puis c’est la loi du quartier…. donc, Zinouba est celle qui lui a vendu le parfum sentant la rose pourrie et du charme en bonus. Et puis c’est celle qui sait le remettre, quand il le faut, à sa place comme personne ne saurait le faire… sauf la « vieille » mais ne comparons pas l’incomparable…

Et puis à coup de courses par ci et par là, de clients avec qui il devisa sur la situation, les politiciens traitres, les journalistes vendus, les hommes et les femmes qui s’ecartaient des voies pourtant toutes tracées par la chariaa, que lui même respectait de façon modérée, tous les jours de 8h à 20h… il ne vit pas le temps passer, il était presque 13h.

Vers la pause, il se retrouva dans les quartiers chics au Nord de la ville. C’est là où toutes les grandes sociétés siégeaient… et c’est là où des créatures bizarres, se déhanchaient, tasses de café à la main, elles tiraient à bout portant sur les passants, à coup de pantalons slims et de décolletés… non mais, non mais, elles se croient en occident ces hérétiques… c’est pour ça qu’il ne pleut d’ailleurs plus… la barka est partie. Sensible aux formes et à la sensualité débordante elle a quitté le pays, laissant la place à un réchauffement climatique oú le méthane est un faux coupable.

Donc, après avoir déposé un client devant un hôtel prestigieux, il redémarra pour quitter les lieux maudits, mais… il n’était pas trop pressé, le spectacle n’étant pas si mauvais et, là, surgissant de nulle part, un décolleté proéminent, plus imposant que les autres, un café entre… les mains… woww euuuh astghfirullah, laanatoullah, tfoouuuh. Tu verras sale… c’est quoi du 90 C? Non mais la fille de…

Le cheikh n’avait-il pas dit qu’il fallait tout faire pour changer le monde vers le mieux vendredi dernier ?… la « vieille » n’avait elle pas passé des nuits entières à le mettre en garde contre ces femmes qui ne méritaient pas le respect ?

Le buste dehors, la main sur le volant il gueula de toutes ses forces : « cache ta poitrine salope »… hamdoullah, devoir accompli il reprend la route, vitesse grand V, loin du quartier maudit où Dieu nous en préserve, la loi de l’homme (avec un grand C ou deux, je ne sais plus) ne règne plus….

 

*Taximan est un personnage réel qui a existé

*Je ne suis pas le décolleté cité, autrement taximan ne serait pas encore en vie

*Les personnes qui entourent Taximan, eux par contre, je les ai inventés

 

Hajer Boujemaa

taxi

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s