Si les Femmes parlaient comme les Hommes

Ceci n’est pas un article. Ce n’est pas objectif. Et je ne vois pas comment pourrait-il l’être. Comme ça se généralise maintenant, sur les plateaux TV, au cinéma, dans la pub, passant par la rue, les bureaux, les maisons, ainsi que les établissement scolaires ; s’attaquer à l’un des fondement de notre société, je ne pouvais qu’en rêver. Mais soyons honnêtes : Je n’ai pas trouvé de solution aux inégalités et perception sexuée de nos capacités… La pensée, la créativité, l’effort physique, et heureusement la guerre… ne nous sommes pas réservés. Cette mentalité qui persiste à travers les siècles et se solidifie me rend malade.

En effet, je cherche depuis bien longtemps une solution de mettre fin à ce fléau et j’ai l’impression de tourner en rond. Où que l’on soit, être femme est devenue un combat journalier. Ce sont nos pères, nos frères, nos maris, nos compagnons, nos sex-friends, nos politiques, nos journalistes, nos professeurs, allant jusqu’à nos mères, nos amies et nos concitoyennes. Il est devenu juste insupportable de voir, d’entendre, de sortir…

Ce n’est pas une guerre de domination mais d’anti-domination et je suis bien consciente que la misogynie c’est un mal que nous partageons, hommes et femmes. Nous en sommes le bouc émissaire, les hommes en sont, à la fois, le bourreau et la victime. La victime, ce mot qui ne se prononce qu’au féminin parce qu’un homme ne peut pas être aussi faible. Pourtant, la misogynie fait de lui la victime d’une pensée explicitement inégalitaire, culturelle, émanant d’une peur bleu de se voir piquer la vedette.

Qu’avais-je trouvé à faire aujourd’hui, au lit, en train de me faire chier et manquant d’envie de me laisser subir le sexisme de rue, devenu un quotidien ? J’ai suivi la machine. Pourquoi ne pas montrer aux misogynes que je peux être, aussi, méchante qu’eux ?

Après #SiLesNoirsParlaientCommeLesBlancs, #SiLesHomosParlaientCommeLesHétéros voilà #SiLesFemmesParlaientCommeLesHommesJe ne sais pas si la misogynie est une haine, du mépris ou de l’hostilité envers les femmes, surtout que certaines femmes manifestent ce même trait de caractère. Et pour décrire cette campagne, je n’utiliserai pas le terme misandrie, tant que la nymphomanie n’a pas de masculin, je refuse que la misogynie ait un féminin. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En réponse rien de mieux que de nous « traiter » de féministe, pisseuse de bouillie intellectuelle, mal dans sa peau, qui se trouve moche, idiote ou mal comprise par la société (voire par le mec qui l’a laissé tomber malgré tout l’amour qu’elle lui a témoigné), qui réfléchie avec ses ovaires, qui entretient des débats stériles des vaginocrates mal-aimées ne mènent, certes, strictement à rien. Ce qui est drôle, est que ceux qui disent de nous ça, trouve bien de passer leurs nerfs, de temps en temps, sur des connes, comme nous, qui croit avoir tout compris sur la vie après avoir lu quelques conneries de la pro-pédophile Simone de BAVOIRE. Puis ils poursuivent en disant :
Vous les féministes, vous n’êtes que des clowns qui divertissent les mecs qui hochent la tête face à vos divagations de comptoirs pour mieux vous baiser dans les chiottes. Personne ne vous écoute et si quelqu’un vous cassait la gueule demain suite à vos insultes chroniques, sachez que cette personne a bien intégré le principe d’égalité des sexes. Pisseuse de bouillie intellectuelle.

Je ne sais pas si la misogynie est une haine, du mépris ou de l’hostilité envers les femmes, surtout que certaines…

Posté par ‎Chaml شمل‎ sur vendredi 26 février 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s